NE M’OUBLIE PAS ! Autopsie d’un fantôme”

d’après Hamlet de Shakespeare – Mise en scène: Laurent Schuh
Nu mă uita ! – Autopsia unei fantome, după William Shakespeare
Dans le cadre de la Saison France Roumanie 2019 et du programme Génération Hamlet Project conçu et développé sous la direction artistique de Laurent Schuh en complicité avec Nathalie Saïdi. Un work in progress produit par le Théâtre National de Craiova en co-production avec
LES ARTS ET MOUVANTS, Cie à l’endroit des
mondes allant vers.
Work in progress à Talmaciu dans le cadre de la FREE du 21 juin au 11 Juillet Premières les 12 et 13 Juillet 2019 au Théâtre

Chaque rêve devient un fantôme.

Pour quelqu’un qui passe sa vie dans le monde des arts et qui a vécu dans trois pays (Roumanie, France, Amérique), les rêves deviennent à la fois les fantômes de vies éteintes qui ont laissé la promesse d’autres rêves. Mon intervention de 45 minutes portera sur l’idée de projets artistiques et leur transformation en réalités passées. Nous devons rêver de nous construire pour pouvoir ensuite accepter que ces rêves deviennent des “fantômes” de nos anciennes identités, qui ont changé par la réalisation même du rêve que j’avais. Entre rêves et fantômes, il serait bon d’apprendre, dans l’art comme dans la vie, à continuer d’avancer.

Les voix de la Mémoire

On regarde le plus souvent les fantômes comme des menaces. On craint leur présence et on essaye à tout prix de nier leur existence. Filip-Lucian Iorga essaye de nous convaincre que les fantômes ne se trouvent pas seulement dans les histoires d’horreurs et qui’ils ne veulent pas toujours nous faire de mal. Pendant 20 ans, Filip-Lucian Iorga a enregistré des interviews et il a rassemblé beaucoup de témoignages écrits provenant d’archives privées, de documents, de photos, pour essayer de sauver la Mémoire des anciennes élites sociales, politiques, économiques et intellectuelles roumaines qui existaient avant le régime totalitaire communiste. Un grand nombre d’interlocuteurs sont morts à present, mais leurs témoignages et leurs histoires continuent d’accompagner Filip Iorga dans ses recherches, mais aussi dans la vie quotidienne. Ils influencent ses choix, ses attitudes et ses perspectives sur la vie. Les voix de ces fantômes amicaux de la Mémoire gardent un trésor très précieux que Filip Iorga veut nous faire part.

FOLLOW THE WHITE RABBIT!

Est un stage d’écriture de plateau et de théâtre physique ouvert à tous, à partir de 16 ans. A travers un travail du choeur, du théâtre physique, du conte, de la danse contemporaine et des techniques de la voix, les participants seront amenés à un état de disponibilité où on crée ensemble ou plutôt on laisse la création se faire, en suivant ce qui arrive, ce qui est là. Il finira avec une création collective ouverte au public. Le stage est dirigé par Ioana Jarda et Ornella Bonventre, directrices de Enigel Project (Paris) et de Théâtre TAC (Milan et Paris). Du 5 au 7 juillet 2019, de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00 Présentation publique: le 07 juillet à 19h A: Tălmaciu, Sibiu, Roumanie, dans le cadre de FREE Prix: 210 lei, 180 si vous réservez avant le 12/05 Pour vous inscrire: ioanajarda@yahoo.fr
https://tacteatro.wordpress.com/
http://www.lesartsetmouvants.com/actualites/

Cinq ans après la publication du livre „Les jours des amants”, écrit par Corina Ozon, une écrivaine connue en Roumanie, qui a continué dans une série de cinq volumes de succès sous le titre „Les Amoureux”, les personnages du roman ont leur vie grâce à une vision directoriale moderne et contemporaine, une production du Théâtre à l’Infini du Sibiu: un one woman show interprété par l’actrice Iulia Popa. Une comédie savoureuse, pas manquée des accents dramatiques et le langage de tous les jours. La relation de l’adultère est reproduite par l’ongle de trois personnages (l’époux, l’amante, l’épouse), et l’histoire captive les spectateurs par le réalisme des situations. Il s’agit d’une action contemporaine et vise l’histoire de Mircea, Cati et Teo, leurs vies avec les soucis, pris dans ce piège de l’adultère. C’est un motif pour lequel les spectateurs se reconnaissent dans cette écriture. Une comédie dont l’actrice Iulia Popa réussit avec du talent à passer au final à une note dramatique, parce que l’adultère n’est pas un bonheur continu. On ajoute que l’auteur du livre, Corina Ozon est en présent doctorante en cotutelle Ecole doctorale FJSC, Université de Bucarest, Roumanie/CTS-IARSIC du CORHIS EA 7400, Université Paul Valéry de Montpellier 3, France.

Projet Zarzavat

Durée : 20 min Aux frontières de l’électro minimal et de la poésie contemporaine, Loh et Doru parcourent les univers mêlant la chaleur de la rime à la froideur des algorithmes générés par l’ambiance du Tenori-On, un ovni de la musique électronique …

Concrétions

Pendant 10 jours, sur le lieu de la Free, Mathilde Nègre, musicienne et réalisatrice, va récolter des images et des sons. Bribes de conversations, sons des machines et de la nature, gestes des habitants et des artistes au travail. Il s’agira de capter l’environnement de la Free. Avec cette matière accumulée elle va constituer un film musical, expérimental et documentaire. Pendant la projection du film l’artiste fera des interventions scéniques, mouvements et voix.

Borcan

Est un spectacle culinaire et d’objets issu de notre projet “Le Sonomaton”, qui est de rencontrer les différentes cultures et patrimoines culinaires à travers le monde. Nous nous sommes arrêtés en Roumanie et avons découvert une culture riche de traditions et d’envie de transmission. “Borcan” invite les spectateurs à devenir les convives de cette expérience. Laissez-vous guider par vos souvenirs et vos sens pour découvrir ce spectacle interactif et culinaire qui vous invite à déguster notre rencontre entre nos deux cultures. Venez goûter à un spectacle différent où les objets et les légumes rentrent en scène.

Un atelier sténopé

A l’heure du numérique, le sténopé propose une approche complètement différente de la photographie. Avec ce procédé, il est impossible de «mitrailler». On n’arme pas, on ne vise pas, on ne shoote plus. On est à juste distance, attentif à la lumière de chaque instant. Cette technique nous permet également de tenir compte de l’avant et de l’après du geste photographique. De la patience à considérer ce qui constitue le lieu, l’endroit choisi; de décider de sa position, de sa situation, et d’ajuster sa propre lunette intérieure. Les longs temps de pose, nous les mettons à profit pour tisser des liens, créer des espaces de dialogue et de partage d’expériences. C’est l’éloge de la lenteur; le temps de la pensée et de la réflexion.

Il entre quatre fois parce qu’il revient. Il revient parce que c’est un revenant. Il recrée le parcours d’une présence sans jamais revenir sur ses pas. Il trace. Il est le négatif de l’absent. Il a le teint nacré des squelettes. Il se trouve dans Hamlet comme il se trouverait dans un hameau. Il se perd en lui-même comme dans un lieu. Il pense dresser une cartographie de ses digressions qu’il envisage comme une empreinte bleue, et il s’en remet à toi. Il lit la pièce sans le texte. Il ne s’occupe que des didascalies. Il oublie. Il incarne toutefois. Il n’a que quelques secondes avant de s’anéantir. Il coud, il tisse, il mord. Il constate que les couleurs du monde tirent vers le lilas puis il s’extirpe du monde avant que les fleurs ne se fanent. Il est un sujet universel. Il tire ses propres ficelles. Il est fils de…. affilié à…. stérile et puéril devant son reflet. Il est là quelque part en soi. Il va tomber, mais à quelle distance de sa mort ? Il n’en sait rien. Il fait nuit. Il veut allumer la lumière mais la lumière ne veut pas l’éclairer. Il a tes yeux. Il aimerait ton corps, son mouvement. Il veut s’imprégner dans ton regard. Il s’en va toutefois sans t’avoir promis qu’il serait permanent. Il te laisse. Il t’habite. Il pend à un fil aujourd’hui, essoré comme un linge. Il ressuscite. Il te suscite pour cela. Il t’attire. Il, c’est toi au présent ; immobile ; écoutant cette injonction. Viens. Il compte jusqu’à cinq. Il sort.

Lors de ma résidence à la Free, je souhaite travailler la technique du Cyanotype en photographie qui permet d’imprimer une image sur tout support absorbant comme le papier mais aussi le tissu ou le bois. Ce procédé résulte uniquement de l’exposition à la lumière solaire, puis se fixe grâce au lavage à l’eau de la chimie, à l’instar des plantes qui ont besoin de lumière pour leur photosynthèse et d’eau pour se développer. J’associerai ce travail à l’écrit, poèmes anciens roumains que je détournerai et m’inspirerai de contes et légendes roumains. Le résultat final de cette résidence devrait prendre la forme d’une installation avec des impressions sur tissu ou autre matériau récupéré sur place.

A la recherche de l’objet perdu

Obsédée par des thématiques comme le réel, la vérité et l’absolu ; elle fait d’incessantes recherches autodidactes dans les disciplines qui la passionnent telles que la philosophie, psychologie, sociologie et la nature de l’art, synthétisant en images ses questions et son interprétation du monde. Créative et spontanée, avec son smartphone, Claudia de façon l’intuitive se met en scène en jouant avec les formes, les couleurs, les symboles, le rythme et le mouvement pour leur donner du sens, comme des poèmes imagétiques. L’œuvre achevée est le composé indivisible de trois éléments : Images, extraits audio sélectionnés pendant ses études, et titres qui font référence à ses lectures antérieures. Ses extra- court – métrages excentriques disponibles sur les réseaux sociaux lui donnent à présent visibilité et reconnaissance dans le milieu artistique et lui ont permis de tisser de nouvelles relations en France et au-delà des frontières. Intervention 45 mn

Compare

diam Lorem venenatis amet, justo libero

Enter your keyword